Black lives matter, what does that mean ?


Société / dimanche, janvier 27th, 2019

La révolte des afro-américains

Black lives matter est un mouvement né d’un hashtag sur twitter en 2013 suite à l’acquittement de Georges Zimmerman, devenu le cri du ralliement des afro-américains puis de la jeunesse anti-raciste. Black lives matter traduction “La vie des noirs compte”, dénonce les bavures policières incessantes envers la communauté noire américaine.

Il a été lancé vraisemblablement par trois afro-américaines devenues des portes paroles dans les mouvements communautaires : Alicia Garza Opal Tometi et  Patrisse Cullors. Tout à commencé lorsque Alicia Garza a écrit sur Facebook un message intitulé “A love note to black people”, traduction “Un mot d’amour aux noirs” dans laquelle apparaissait: «Our Lives Matter, Black Lives Matter», très vite, Patrisse Cullors répond :  #BlackLivesMatter, ces simples mots marquent le début d’un mouvement engagé qui aura des répercussions dans le monde entier.

Ce mouvement est représenté par trois hommes décédés :

photo de Trayvon Martin
Trayvon Martin
Photo de Michael Brown
Michael Brown

Interpemmation d'eric garner quelque minutes avant sa mort
Eric Garner

Ce mouvement très controversé apparaît aux États-Unis en juillet 2013 suite au verdict en faveur de Georges Zimmerman. Dans l’affaire tristement célèbre du jeune noir de 17 ans Trayvon Martin abattu quelques mois plus tôt en Floride par celui-ci. Pour rappel des faits, Georges Zimmerman un patrouilleur latino-américain coordonnant la surveillance d’un voisinage en pleine nuit, tire sur le jeune homme non armé.

Ce tire qui entraînera, la mort de Trayvon Martin choque l’Amérique entière. S’ensuit , une vague de protestation et de soutien envers les proches de Trayvon Martin et au sens large, la communauté afro-américaine souvent confrontée à ce genre de situation. Les répercussions entraînent des manifestations quasi-quotidienne, la fracture sociale est rompue. Les afro-américains hurlent au racisme et à la défaillance du système policier qui discrimine la communauté noire et au contraire privilégie la communauté blanche. Trayvon Martin marque le début du mouvement.

En 2014, le mouvement prend de l’ampleur, d’abord avec la mort tragique de Michael Brown, un afro-américain de 18 ans décédé dans la ville de Ferguson dans le Missouri. Les réactions face à ce décès sont particulièrement violentes, des émeutes éclatent dans toute la région. D’autant plus, que cette région est fortement marquée par des tensions raciales… Parmi les plus fortes des Etats-Unis. Michael Brown est décédé alors qu’il marchait avec un ami sur la route, quand un policier du nom de Darren Wilson lui tire dessus pour cause de désobéissance car, Michael Brown refusait de marcher sur le trottoir.

L’affaire Eric Garner, un  père de famille de 44 ans, mort après son arrestation. La scène de l’arrestation d’Eric Garner est filmée par un témoin dans la rue, la vidéo sera massivement diffusée sur Internet. L’altercation montre trois policiers brutalisant Eric Garner jusqu’à qu’il ne puisse plus respirer avant de décéder quelques heures plus tard à l’hôpital. Le monde entier est de nouveau scandalisé par cette nouvelle affaire, d’autant plus qu’aucun des trois policiers ne sera poursuivis.

Black live matter s’inscrit dans la trajectoire du mouvement de la libération des noirs. Mais, aussi dans son époque se revendiquant radical, multiracial, athée et ouvert à toute les sexualités et toutes les races malgré son affiliation importante avec la communauté noire.
Cependant, des détracteurs, pointent du doigt ce mouvement décrit comme “chasseur de sorcière” et de stimulant contre les blancs. Pour cause, on peut citer la tuerie de Dallas ou un ancien soldat afro-américain avait tué sept policiers blancs en représailles faites aux violences à l’égard des noirs. L’homme a revendiqué son appartenance au mouvement Black Lives Matter avant de mourir.


L
’affaire Stephon Clark, un jeune noir abattu dans un jardin par des policiers à Sacramento. Une énième victime noire érigée en nouveau symbole des brutalités policières aux Etats-Unis.

La vidéo de la mort de Stephon Clark, filmée par les caméras que portent les policiers, a particulièrement choqué. Les deux agents de police lui ont tiré dessus à 20 reprises. Ils étaient intervenus suite à un appel signalant qu’un homme noir brisait des vitres de voitures. Stephon Clark correspondait au signalement de leur suspect. Ils l’ont pris en chasse, épaulés par un hélicoptère de police.

Le jeune homme s’est alors réfugié dans le jardin, où il a été abattu. Il n’avait pas d’arme, mais un téléphone à la main. Aucune poursuite à ce jour n’a été retenue contre ces policiers. Une figure historique du mouvement des droits civiques, le révérend Al Sharpton, intervenu pendant le service œcuménique de Stephon Clark réagit face à ce nouveau drame : « Nous allons pousser Donald Trump et le monde entier à régler le problème de mauvaises conduites policières« .

Des personnes offusquées par le mouvement ont tenté en vain de détourner le slogan du mouvement en All Lives Matter. En accusant le mouvement de ne se soucier que de la vie des Afro-Américains. De plus, Black Lives Matter a été défendu par de nombreuses personnalités comme Barack Obama ou encore Mark Zuckerberg. Ils estiment que le slogan se justifie, car les noirs subissent une persécution importante et nécessitent donc une protection particulière.

*photo par defentherighttoprotest.org

Nasty De Souza on EmailNasty De Souza on FacebookNasty De Souza on InstagramNasty De Souza on TwitterNasty De Souza on Youtube
Nasty De Souza
Nasty De Souza
“La beauté et la mode sont mes premières sources d’inspiration”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.