Jacques Chirac : Le bilan

Chirac

Monsieur Chirac est mort le 26 septembre 2019.

Jacques Chirac a été le président de la France pendant plus de 11 ans, avant ça il a été député, secrétaire d’état, ministre, maire de Paris et premier ministre.

Chirac accède pour la première fois à la présidence le 7 mai 1995, il a récolté 52,64 % des suffrages face à Lionel Jospin, il sera réélu le 5 mai 2002, cette fois-ci avec 82,21 % face à Jean-Marie le Pen. 

Cet article vous présente de manière simple, une liste de lois, d’événements, de décisions… effectuer sous sa présidence (liste non-exhaustive)

Le bilan

  • Dès juillet 1995, une de ses premières décisions est d’effectuer une ultime campagne d’essais nucléaires 
  • Jacques Chirac décide de professionnaliser les armées et de suspendre le service national.
  • Le gouvernement doit affronter des grèves massives durant l’hiver 1995-1996, dues à la réforme des retraites du public et au gel du salaire des fonctionnaires.
  • Le gouvernement connaît une popularité importante, marquée par la loi des 35 heures, la baisse du chômage.
  • Création du congé de paternité.
  • Création de la prime pour l’emploi.
  • Loi instituant la Couverture maladie universelle (CMU).
  • Loi instituant le Pacte civil de solidarité (PACS).
  • Création de l’allocation de rentrée scolaire.
  • Baisse de la TVA de 20,6 à 19,6 %.
  • Baisse de l’impôt sur le revenu.
  • Loi tendant à favoriser l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives
  • Loi instituant l’Aide médicale d’État.
  • Loi Guigou sur la présomption d’innocence.
  • Loi Besson qui oblige les villes de plus de 5 000 habitants à prévoir des emplacements de séjour pour les nomades.
  • Loi Taubira du 21 mai 2001 sur la reconnaissance de la traite négrière et de l’esclavage comme crime contre l’humanité.
  • Référendum sur le quinquennat présidentiel
  • Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains imposant un quota de 20 % de logements sociaux par commune.
  • Loi sur les signes religieux dans les écoles publiques.
  • La loi « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » , dite loi handicap
  • Le 30 octobre 2009, Jacques Chirac est renvoyé devant le tribunal correctionnel, dans l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris. Il sera jugé pour abus de confiance et détournement de fonds.
  • Lors de son second mandat, Jacques Chirac refuse de faire participer l’armée française à une intervention en Irak aux côtés des Américains.
  • Le musée du quai Branly – Jacques-Chirac ou musée des arts et civilisations d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques, inauguré le 20 juin 2006. 
  • Le premier radar automatique est installé en 2003, 1.500 victimes en moins sur les routes. 
  • Loi relative à la lutte contre les exclusions. Donne entre autres le droit d’ouvrir un compte bancaire aux plus démunis, dont les étrangers en situation précaire, notamment les sans-papiers .
  • Charles Pasqua affirme que Jacques Chirac et Dominique de Villepin,ont participé aux ventes d’armes à l’Angola.
  • Selon un ancien avocat de l’entreprise d’armement Thales, Jacques Chirac a fait pression en 2004 sur les autorités sud-africaines afin que le groupe ne soit pas poursuivi pour corruption.
  • M. Chirac déclara en 2008 qu’« une grande partie de l’argent qui est dans notre porte-monnaie vient précisément de l’exploitation depuis des siècles de l’Afrique ».« Alors il faut avoir un peu de bon sens, je ne dis pas de générosité, un peu de bon sens, de justice, pour rendre aux Africains ce qu’on leur a pris. »
  • Pour la campagne de 2002, Chirac a reçu 10 millions de dollars de la part de cinq chefs d’État africains : le Sénégalais Abdoulaye Wade, le Burkinabè Blaise Compaoré, l’Ivoirien Laurent Gbagbo, le Congolais Denis Sassou Nguesso et, le Gabonais Omar Bongo
  • Au grand regret de l’ex-président Laurent Gbagbo qui misait sur l’accord de défense franco-ivoirien signé en 1961, Jacques Chirac n’a pas donné l’ordre aux troupes françaises de reconquérir la zone rebelle, au nord de la Côte d’Ivoire au moment de la guerre civile.
  • Jacques Chirac lors du Sommet France-Afrique de janvier 2001, à Yaoundé : « Nous avons saigné l’Afrique pendant quatre siècles et demi.  Ensuite, nous avons pillé ses matières premières ; après, on a dit : « Ils (les Africains) ne sont bons à rien. » Au nom de la religion, on a détruit leur culture et maintenant, comme il faut faire les choses avec plus d’élégance, on leur pique leurs cerveaux grâce aux bourses. Puis, on constate que la malheureuse Afrique n’est pas dans un état brillant, qu’elle ne génère pas d’élites. Après s’être enrichi à ses dépens, on lui donne des leçons. ».
  • La « taxe Chirac » est une taxe sur le billet d’avion pour alimenter le fonds mondial contre le sida, la tuberculose et le paludisme.
  • Le discours qui contient l’expression le « bruit et l’odeur ». « Notre problème, ce n’est pas les étrangers, c’est qu’il y a overdose. C’est peut-être vrai qu’il n’y a pas plus d’étrangers qu’avant la guerre, mais ce n’est pas les mêmes et ça fait une différence. Il est certain que d’avoir des Espagnols, des Polonais et des Portugais travaillant chez nous, ça pose moins de problèmes que d’avoir des musulmans et des Noirs […] Comment voulez-vous que le travailleur français qui habite à la Goutte-d’or où je me promenais avec Alain Juppé il y a 3 ou 4 jours, qui travaille avec sa femme et qui, ensemble, gagnent environ 15 000 francs, et qui voit sur le palier à côté de son HLM, entassée, une famille avec un père de famille, 3 ou 4 épouses, et une vingtaine de gosses, et qui gagne 50 000 francs de prestations sociales, sans naturellement travailler ! Si vous ajoutez à cela le bruit et l’odeur, eh bien le travailleur français sur le palier, il devient fou. Il devient fou. C’est comme ça. Et il faut le comprendre, si vous y étiez, vous auriez la même réaction. Et ce n’est pas être raciste que de dire cela. Nous n’avons plus les moyens d’honorer le regroupement familial, et il faut enfin ouvrir le grand débat qui s’impose dans notre pays, qui est un vrai débat moral, pour savoir s’il est naturel que les étrangers puissent bénéficier, au même titre que les Français, d’une solidarité nationale à laquelle ils ne participent pas puisqu’ils ne paient pas d’impôt ! […] Il faut que ceux qui nous gouvernent prennent conscience qu’il y a un problème de l’immigration, et que si l’on ne le traite pas et, les socialistes étant ce qu’ils sont, ils ne le traiteront que sous la pression de l’opinion publique, les choses empireront au profit de ceux qui sont les plus extrémistes.[…] [Au sujet des épiciers de proximité] La plupart de ces gens-là sont des gens qui travaillent, des braves gens ; on est bien content de les avoir. Si on n’avait pas l’épicier kabyle au coin de la rue, ouvert de 7 heures du matin à minuit, combien de fois on n’aurait rien à bouffer le soir ? »
  • Après l’assassinat de l’ancien premier ministre libanais, en février 2005, Chirac a remué ciel et terre, notamment à l’ONU, pour que les auteurs de l’attentat comparaissent devant un tribunal.
FoFo on EmailFoFo on FacebookFoFo on InstagramFoFo on Twitter
FoFo
FoFo
“Les gens ne réalisent pas à quel point un simple livre peut changer toute une vie..” Malcolm X

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

0 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez